Comment trouver le titre parfait pour votre œuvre

Désespérément à la recherche d’un titre attrayant, inspiré, prometteur, suggestif ou même insolite pour votre nouvelle œuvre? Je connais la situation. Pas facile.

Les tournesols, Vincent van Gogh

Le titre est tellement important que, même quand un artiste n’en donne pas à une de ses œuvres, il se sent obligé d’y affubler la mention « sans titre ». Certains autres, pas particulièrement intéressés par les désignations expressives, utilisent le numéro d’inventaire de l’œuvre pour l’identifier. Un titre peut n’être rien d’autre qu’une courte description de l’œuvre. Le tableau « Les tournesols » de Van Gogh représente … des tournesols dans un vase. On peut le choisir aussi pour guider le spectateur. Le titre peut être poétique, abstrait ou mystérieux.


« Les titres ne sont pas des explications, les tableaux ne sont pas des illustrations des titres, leur relation est poétique; un titre doit être compatible avec l’émotion que suscite le tableau et le titre poétique doit nous surprendre et nous enchanter » disait René Magritte.


La méthode classique (élaborée mais efficace)

1. Faire le tour du sujet

Dressez une liste des thèmes qui reflètent le sens de votre œuvre, des arbres, une fleur, l’amitié, l’enfance, la solitude. Identifiez la motivation à l’origine de l’œuvre, ce qui vous a poussé à la réaliser. Déterminez l’élément clé de l’œuvre, la partie qui attirera d’abord l’œil du public. Les titres aident souvent les gens à comprendre ce qu’ils voient. N’oubliez pas cependant que le titre doit d’abord avoir du sens pour vous.

2. Chercher l’inspiration

Des parties de poème ou d’une citation peuvent constituer un titre intéressant. Un court passage dans un recueil, un journal, une brochure ou autre publication peut être approprié. (Si vous ne prenez que très peu de mots, vous ne devriez pas avoir de problème de droit d’auteur.) Discutez avec vos amis ou avec d’autres artistes, ils auront peut-être des suggestions. Observez la façon qu’utilisent d’autres artistes pour titrer leurs œuvres en lisant leurs histoires.

3. Sélectionner les mots du titre

Si certains mots ne vous plaisent pas, cherchez des synonymes. (J’ai fait ça tellement souvent; mon outil préféré : http://crisco.unicaen.fr/des/synonymes.) Ajoutez des adjectifs ou des adverbes. Modifiez l’ordre des mots choisis et prononcez le titre à voix haute pour tester la façon dont il sonne. Ou alors, votre titre peut être purement descriptif comme « Les tournesols » mentionné plus haut. Essayez de traduire votre titre dans une autre langue. (On a tous vu et entendu le « pouding chômeur » en italien de Ricardo : « budino disoccupato ».) L’exotisme a souvent un petit côté un peu romantique.

4. Désigner le titre final

Cherchez votre titre en ligne pour vérifier s’il existe d’autres œuvres portant ce titre, votre but étant de faire ressortir votre œuvre parmi les autres. Efforcez-vous de trouver un titre distinctif. Demandez l’avis d’autres personnes, leurs premières impressions. Vérifiez et revérifiez l’orthographe et au besoin la grammaire. Assurez-vous que votre titre accompagne votre œuvre, écrivez-le au dos de celle-ci.

Un bon titre donne un sens supplémentaire à l’œuvre et cela peut être un peu compliqué. Les exercices suggérés plus haut peuvent vous aider à définir le meilleur titre pour représenter vos efforts et votre créativité.

Les méthodes amusantes (réflexion féconde et hasard providentiel)

1. Les petits papiers

  • Découpez plusieurs petites bandes de papier;
  • Sur chaque bande, écrivez un mot ou une courte phrase en lien avec votre œuvre (thème, objet, couleur ou autre);
  • Divisez aléatoirement les bandes de papier en deux groupes égaux; mettez-les dans deux bols (ou sacs);
  • Pigez au hasard un bout de papier dans chacun des bols et juxtaposez les mots ou bouts de phrases en essayant d’en faire quelque chose de cohérent;
  • Notez toutes les combinaisons, heureuses ou non (on ne sait jamais);
  • Une fois les bandes de papier épuisées, recommencez les 3 dernières étapes autant de fois que vous le voulez.

Avec ce jeu, un titre banal comme « Une nuit noire » pourrait devenir, en associant les mots ciel et étoiles, « Ciel sans étoiles », titre beaucoup plus percutant.

2. L’extrait de roman

Si vous préférez une façon divertissante de dénicher un titre unique, vous pouvez opter pour l’extrait de roman (ou de chanson, ou de poème). Amazon.ca publie des courts aperçus (look inside) des livres qu’elle vend. Il devient alors aisé de parcourir rapidement l’extrait et peut-être dépister un bout de phrase évocateur. Vous pourriez même renverser votre façon de faire et repérer d’abord un titre prometteur lequel deviendra l’inspiration de votre prochaine œuvre.

Des premières pages d’un seul roman relevé au hasard, « La saison des roses » de Victoria Connelly et Marthe Malherbes, j’ai tiré les mots suivants : « l’été commence par l’arrivée du premier coucou », « tomber en panne », « parfum d’ambiance ». Tentés par « le facteur de grésillement », ou « juste en passant », ou encore « sucré comme un pouding aux bananes » ? Votre créativité n’a sûrement aucune limite.

La méthode facile (mais en anglais)

La façon la plus aisée – mais pas nécessairement simple – est de laisser un générateur de titres faire le travail à votre place. Sachez cependant que les titres peuvent être aussi bien pompeux que ridicules, aussi bien mystérieux que frivoles. Voici quelques-uns de ces sites :

Si vous trouvez chaussure à votre pied, ou plutôt titre à votre œuvre, il ne vous restera qu’à traduire du mieux possible ce que le générateur vous aura suggéré. Pour cela, Google Traduction ou Reverso seront d’un grand secours.

– – – – – – –

Trouver le titre formidable qui supportera votre œuvre n’est pas une tâche à prendre à la légère puisque celui-ci apporte un sens complémentaire à votre création. Bien qu’il n’y ait pas de véritable règle précise, je vous suggère de retenir des titres à connotation positive. Même après plusieurs années, je me souviens encore trop bien de cette amateure tellement intéressée par une de mes œuvres mais rebutée par son titre. Elle ne se voyait pas tentant d’expliquer à son amoureux qu’elle avait choisi un tableau intitulé « Rupture ».

Et si après quelques jours, vous n’aimez plus tout à fait le résultat de vos efforts, rien ne vous empêche d’en changer, en autant qu’aucune publication n’ait été faite de l’œuvre en question.


Certaines parties de ce texte ont été paraphrasées à partir des sources suivantes:
wikiHow, Jessica Brody’s newsletter, canalblog Bouhioui, Martha Marshall’s blog.

J’ai survécu à l’hiver

Le printemps me réveille, me secoue même si je ne dormais pas, tout au contraire. C’est ce qui me ramène à mon blogue. Bien que je n’aie rédigé aucun billet depuis quelques mois, je ne suis pas restée à rien faire pendant l’hiver. Loin de là. Voyez vous-mêmes.

J’ai retapé le meuble bien pratique du vestibule, ce que je voulais faire depuis pas mal longtemps. Ce travail m’a pris pas un gros mois puisqu’il a fallu décaper, sabler, teindre et vernir (4 faces plus le dessus, 2 tiroirs, 2 portes). Je suis bien contente du résultat.

Mon conjoint et moi avons, enfin, finalisé la transformation de la salle de bain: nouvelles armoires, nouveau dessus de comptoir, nouveau lavabo, nouvelle robinetterie, nouvel éclairage, plusieurs plantes vertes et une de mes œuvres accrochée bien en vue.

Et nous venons de commencer la dernière partie de l’amélioration de mon atelier. Photos à venir quand ce sera terminé.

Voilà pour la partie «tâches domestiques».

Côté activités artistiques, là également j’ai procédé à des transformations importantes. J’ai revampé mon site web, ma boutique virtuelle, ce blogue, ma carte d’affaires et, pour ceux et celles qui y sont abonné(e)s, mon infolettre. J’ai choisi de nouvelles couleurs, de nouvelles polices de caractère, un nouveau logo. J’ai préféré des couleurs plutôt discrètes pour éviter de faire compétition à mes œuvres. Il me reste certains textes à améliorer, à retravailler mais, le gros du travail est fait. Allez jeter un coup d’œil et dites-moi ce que vous en pensez. Vous aimez ou pas?

Pour l’harmonie des couleurs, je me tourne toujours vers le site Design Seeds. Jessica Colaluca a créé ce site en 2009 et publie de nouvelles palettes de couleurs quotidiennement. C’est une source d’inspiration fantastique. Comme les codes Hex (hexadécimal) sont indiqués pour chacune des couleurs proposées, il est ensuite facile de les utiliser selon nos besoins.

Pour ceux qui se posent la question, mon site web, mon blogue et ma boutique virtuelle sont tous hébergés chez «votresite.ca». Je suis avec eux depuis 2013.

Et finalement, au travers tout ça, je me suis amusée avec mes pinceaux. J’essaie de nouvelles techniques, je me laisse aller, je joue avec la peinture, différents gels, divers médiums. Je ne cherche pas à produire une quelconque œuvre mais plutôt à découvrir de nouvelles avenues. Ça n’est peut-être pas une production sérieuse mais, c’est très enrichissant. Je n’ai pas cette crainte absurde de me tromper puisque j’explore, tout simplement. Où cela me conduira-t-il? C’est une histoire à suivre …