J’ai survécu à l’hiver

Le printemps me réveille, me secoue même si je ne dormais pas, tout au contraire. C’est ce qui me ramène à mon blogue. Bien que je n’aie rédigé aucun billet depuis quelques mois, je ne suis pas restée à rien faire pendant l’hiver. Loin de là. Voyez vous-mêmes.

J’ai retapé le meuble bien pratique du vestibule, ce que je voulais faire depuis pas mal longtemps. Ce travail m’a pris pas un gros mois puisqu’il a fallu décaper, sabler, teindre et vernir (4 faces plus le dessus, 2 tiroirs, 2 portes). Je suis bien contente du résultat.

Mon conjoint et moi avons, enfin, finalisé la transformation de la salle de bain: nouvelles armoires, nouveau dessus de comptoir, nouveau lavabo, nouvelle robinetterie, nouvel éclairage, plusieurs plantes vertes et une de mes œuvres accrochée bien en vue.

Et nous venons de commencer la dernière partie de l’amélioration de mon atelier. Photos à venir quand ce sera terminé.

Voilà pour la partie «tâches domestiques».

Côté activités artistiques, là également j’ai procédé à des transformations importantes. J’ai revampé mon site web, ma boutique virtuelle, ce blogue, ma carte d’affaires et, pour ceux et celles qui y sont abonné(e)s, mon infolettre. J’ai choisi de nouvelles couleurs, de nouvelles polices de caractère, un nouveau logo. J’ai préféré des couleurs plutôt discrètes pour éviter de faire compétition à mes œuvres. Il me reste certains textes à améliorer, à retravailler mais, le gros du travail est fait. Allez jeter un coup d’œil et dites-moi ce que vous en pensez. Vous aimez ou pas?

Pour l’harmonie des couleurs, je me tourne toujours vers le site Design Seeds. Jessica Colaluca a créé ce site en 2009 et publie de nouvelles palettes de couleurs quotidiennement. C’est une source d’inspiration fantastique. Comme les codes Hex (hexadécimal) sont indiqués pour chacune des couleurs proposées, il est ensuite facile de les utiliser selon nos besoins.

Pour ceux qui se posent la question, mon site web, mon blogue et ma boutique virtuelle sont tous hébergés chez «votresite.ca». Je suis avec eux depuis 2013.

Et finalement, au travers tout ça, je me suis amusée avec mes pinceaux. J’essaie de nouvelles techniques, je me laisse aller, je joue avec la peinture, différents gels, divers médiums. Je ne cherche pas à produire une quelconque œuvre mais plutôt à découvrir de nouvelles avenues. Ça n’est peut-être pas une production sérieuse mais, c’est très enrichissant. Je n’ai pas cette crainte absurde de me tromper puisque j’explore, tout simplement. Où cela me conduira-t-il? C’est une histoire à suivre …

Qu’y a-t-il à comprendre ?

Certains diront que comprendre l’art abstrait est facile puisque tout ce qu’il ne faudrait, en fait, n’est qu’un esprit ouvert et une grande imagination. Mais, est-il nécessaire de comprendre pour aimer ?

L’art abstrait est ouvert à l’interprétation et c’est l’une des choses intéressantes à son sujet. Cette forme d’art vous oblige à avoir un esprit curieux et réceptif ; vous devez laisser votre esprit entrer dans le tableau et voir où cela vous mène. L’art abstrait vous donne la liberté d’explorer l’œuvre et d’y assigner votre propre explication. Ce processus intensément personnel enrichit l’expérience de l’amateur d’art.

L’art abstrait peut bien sûr rendre certaines gens mal à l’aise parce qu’ils ne comprennent pas le sujet de l’œuvre au premier coup d’œil. Ou bien, ils supposent que parce que l’œuvre ne ressemble pas à quelque chose qu’ils connaissent, alors il n’est pas «à propos de» quoi que ce soit. L’art abstrait ne contient aucun objet reconnaissable, donc il n’y a rien à saisir ou appréhender. Cela peut être très déroutant, inquiétant même, pour ceux qui ne sont pas habitués à attribuer leur propre interprétation à ce qu’ils ont devant eux.

Certaines personnes tiennent mordicus à «voir» quelque chose dans un tableau, même abstrait. Ça me fait d’ailleurs sourire lorsqu’un observateur m’indique ce qu’il «voit» dans un de mes tableaux et qu’il s’empresse de me demander si je vois la même chose. Désolée mais je ne «vois» jamais un objet dans mes tableaux.

La vérité est que l’art abstrait n’est pas l’absence de quelque chose. Ses fondements sont la forme, la couleur, la ligne, la texture, le motif, la composition.  L’art abstrait est une exploration amenant tout individu à créer une expérience visuelle et / ou viscérale, cérébrale, émotionnelle, etc.

Comprendre l’art abstrait nécessite une inventivité qui vous invite à découvrir par vous-même la signification derrière le travail. Il n’est pas facile à saisir comme des natures mortes, des portraits, ou autre forme de l’art figuratif parce qu’il est ouvert à l’interprétation d’une manière contraire à l’art figuratif.

L’art abstrait est une expérience. Regardez-le de la même manière que vous écouteriez une symphonie. Lorsque vous écoutez de la musique, vous n’essayez pas de comprendre les notes, vous les laissez vous submerger. Laissez vos yeux errer sur la toile sans attente, prenez votre temps, laissez le tableau vous parler …

C’est Gérard Schneider qui a dit :

«Il faut voir la peinture abstraite comme on écoute la musique, sentir l’intériorité émotionnelle de l’œuvre sans lui chercher une identification avec une représentation figurative quelconque. Ce qui est important, ce n’est donc pas de voir l’abstrait, c’est de le sentir.»

Gérard Schneider (1896/1986), peintre suisse, naturalisé français en 1948, de la nouvelle École de Paris, appartenant au courant de l’abstraction lyrique.


Recevez mon bulletin d'information directement dans votre boîte courriel.