J’ai survécu à l’hiver

Le printemps me réveille, me secoue même si je ne dormais pas, tout au contraire. C’est ce qui me ramène à mon blogue. Bien que je n’aie rédigé aucun billet depuis quelques mois, je ne suis pas restée à rien faire pendant l’hiver. Loin de là. Voyez vous-mêmes.

J’ai retapé le meuble bien pratique du vestibule, ce que je voulais faire depuis pas mal longtemps. Ce travail m’a pris pas un gros mois puisqu’il a fallu décaper, sabler, teindre et vernir (4 faces plus le dessus, 2 tiroirs, 2 portes). Je suis bien contente du résultat.

Mon conjoint et moi avons, enfin, finalisé la transformation de la salle de bain: nouvelles armoires, nouveau dessus de comptoir, nouveau lavabo, nouvelle robinetterie, nouvel éclairage, plusieurs plantes vertes et une de mes œuvres accrochée bien en vue.

Et nous venons de commencer la dernière partie de l’amélioration de mon atelier. Photos à venir quand ce sera terminé.

Voilà pour la partie «tâches domestiques».

Côté activités artistiques, là également j’ai procédé à des transformations importantes. J’ai revampé mon site web, ma boutique virtuelle, ce blogue, ma carte d’affaires et, pour ceux et celles qui y sont abonné(e)s, mon infolettre. J’ai choisi de nouvelles couleurs, de nouvelles polices de caractère, un nouveau logo. J’ai préféré des couleurs plutôt discrètes pour éviter de faire compétition à mes œuvres. Il me reste certains textes à améliorer, à retravailler mais, le gros du travail est fait. Allez jeter un coup d’œil et dites-moi ce que vous en pensez. Vous aimez ou pas?

Pour l’harmonie des couleurs, je me tourne toujours vers le site Design Seeds. Jessica Colaluca a créé ce site en 2009 et publie de nouvelles palettes de couleurs quotidiennement. C’est une source d’inspiration fantastique. Comme les codes Hex (hexadécimal) sont indiqués pour chacune des couleurs proposées, il est ensuite facile de les utiliser selon nos besoins.

Pour ceux qui se posent la question, mon site web, mon blogue et ma boutique virtuelle sont tous hébergés chez «votresite.ca». Je suis avec eux depuis 2013.

Et finalement, au travers tout ça, je me suis amusée avec mes pinceaux. J’essaie de nouvelles techniques, je me laisse aller, je joue avec la peinture, différents gels, divers médiums. Je ne cherche pas à produire une quelconque œuvre mais plutôt à découvrir de nouvelles avenues. Ça n’est peut-être pas une production sérieuse mais, c’est très enrichissant. Je n’ai pas cette crainte absurde de me tromper puisque j’explore, tout simplement. Où cela me conduira-t-il? C’est une histoire à suivre …

Quelle place la couleur occupe-t-elle dans votre univers?

balloons-154949«Davantage attirée par la couleur que par la ligne, mes acryliques sont des voyages dans des paysages imaginaires.» C’est par ces mots que débute ma démarche artistique actuelle alors que l’ancienne version indiquait : «J’aime les couleurs éclatantes et ce sont elles qui d’abord me guident.» «Ajoutez de la couleur à votre vie», voilà le slogan qui vous accueille sur mon site web. Pas besoin de vous faire un dessin compliqué, vous avez déjà compris que la couleur occupe la part du lion dans mon activité d’artiste peintre.

À moins d’être daltonien, nous voyons des centaines de couleurs et vibrons à leur rythme. La majorité d’entre elles nous sont imposées. Les couleurs des arbres, du ciel, du sable, ou encore des fraises, des bleuets, des carottes, nous devons nous en accommoder. Par contre, nous pouvons choisir les couleurs de nos vêtements ou celles que nous appliquons sur les murs de notre résidence.

Les couleurs préférées selon le sexe de l’individu

male-1354358En compilant les résultats de plusieurs études, le blogue Kissmetrics[1] a déterminé que les hommes et les femmes réagissent différemment aux couleurs. Selon leur sexe, ils ou elles ont des préférences.

  • Personne ne se surprendra vraiment d’apprendre que le bleu est la couleur préférée tant des hommes que des femmes. Pas dans les mêmes proportions, cependant. Couleur favorite de 57% des hommes, elle ne gagne la faveur que de 35% des femmes.
    • Moi, ça a toujours été ma couleur préférée.
  • La couleur la plus détestée par les hommes est le brun alors que les femmes exècrent l’orangé. Les couleurs détestées sont également perçues comme étant «bas de gamme».
    • Plutôt rares sont les personnes qui aiment la couleur orange, du moins, c’est mon avis. Sauf, naturellement, dans un magnifique paysage automnal.
  • Les hommes acceptent mieux le gris que les femmes.
    • Ah! Le fameux complet gris acier, comme c’est chic et passe-partout …
  • Les femmes préfèrent les teintes pastels alors que les hommes penchent plutôt vers les tons plus sombres.
    • Sérieusement. Pas besoin d’études exhaustives pour deviner ça.
  • Les couleurs froides recueillent la faveur de 56% des hommes et de 76% des femmes.
    • Sachant que le bleu est une couleur froide, que l’orangé est une couleur chaude, les résultats des études se rejoignent. Le rouge, couleur chaude, semble être ignoré dans ces résultats; pourtant, c’est la couleur qui attire le plus le regard.
  • Plus les individus vieillissent, plus le jaune et l’orangé leur déplaisent.
    • On a bien compris que l’orangé est une couleur mal aimée.
  • En général, les femmes distinguent plus de couleurs que les hommes. En fait, elles sont plus conscientes des légères variations de nuances d’une même couleur. Pour un homme, le bleu est … bleu. Pour une femme, ce sera bleu ciel, sarcelle, turquoise, etc.
    • Peut-être les hommes ne sont-ils pas aussi sensibles à la nature que les femmes semblent l’être…

Qu’y a-t-il à retenir de tout ça?

Selon les spécialistes du marketing, il faut savoir à qui vous vous adressez lorsque vous voulez vendre un produit. Est-ce que votre choix de couleurs attire ou contrarie votre clientèle cible? Vous faut-il éviter les couleurs trop bruyantes, trop violentes ou au contraire, les utiliser en connaissance de cause, avec discernement?

Mais la peinture n’est pas le marketing. Un tableau se compose de plusieurs couleurs et c’est la juxtaposition de ces dernières qui produit un juste équilibre. C’est davantage une question de goût et … des goûts et des couleurs, on ne discute pas.

Et puis, on peut bien s’amuser un peu en lisant des statistiques …

Vos choix de couleurs

Lorsqu’un artiste peintre choisit la palette de couleurs qu’il utilisera pour créer une nouvelle œuvre, il se réfère généralement au cercle chromatique pour quiller wheels’assurer de créer de belles harmonies. Personnellement, ma préférence va nettement à la Quiller Wheel, la roue des couleurs développée par Stephen Quiller. Les couleurs y sont présentées selon les noms adoptés en peinture ce qui rend beaucoup plus facile la recherche des véritables complémentaires ou la création de triades, tétrades ou complémentaires adjacentes.

Vous pouvez également consulter le site www.livepaintinglessons.com/gamutmask.php. Ce nuancier interactif, disponible gratuitement, a été préparé par Richard Robinson, artiste peintre de Nouvelle-Zélande renommé internationalement.

Alors … ce sera rouge, bleu ou gris?

[1] plateforme d’analyse de comportement de clients (entreprise fondée par Neil Patel)


Rejoignez mon cercle d’initiés afin de bénéficier d’offres privilèges exclusives. N’hésitez pas à vous abonner à mon infolettre en cliquant ici.

C’était il y a 3 ans …

Vous dire à quel point j’étais contente de prendre mon premier cours à l’université Bishop au printemps 2012 alors que, nouvellement retraitée, je pouvais enfin suivre une formation tout près de chez-moi et surtout, durant la journée !

Et vous dire à quel point j’ai été décontenancée par la méthode «Seymour Segal» avec qui j’ai suivi mon tout premier cours, Painting I !

froidure-hivernaleÀ cette époque, je peignais encore des paysages à l’huile. Entre 2001 et 2010, j’avais suivi plusieurs ateliers avec divers peintres enseignants. Comme l’huile n’est pas tolérée dans les locaux du campus Knowlton de Bishop, je me suis vue dans l’obligation de m’équiper pour la peinture à l’acrylique. Quelle révolution ! Mais, ça n’était rien comparé à ce qui m’attendait avec Seymour. Habituée que j’étais de peindre à partir d’une ou plusieurs photos, d’esquisser un croquis avant de sortir mes pinceaux, voilà que je devais peindre à partir d’une idée, d’un sentiment, d’une émotion. Méchant choc ! Je peux vous dire que pendant les premières semaines de la session, je n’étais pas du tout à l’aise avec cette façon de faire. On ne passe pas d’une démarche vieille de 12 ans à une formule sans formule sans que ça ne fasse des flammèches …

Mais, quand même, j’ai persévéré jusqu’à la fin de la session. Jusqu’à ce que je me laisse aller. Jusqu’à ce que je me permette de m’amuser avec les pinceaux et la peinture.

Reste que les cours terminés, je suis revenue à mes anciennes méthodes et tout l’été 2012, j’ai peint des paysages à l’huile … comme avant … non, pas vraiment. Quelque chose avait changé. L’inspiration n’était plus au rendez-vous. Tous ces paysages que je trouvais si magnifiques auparavant ne m’allumaient plus. Je me souviens encore du dernier paysage que j’ai peint, en septembre 2012. C’était une scène d’automne, ma saison préférée en journée-d'automne-dans-les-peinture parce que si colorée. Pourtant, ce tableau, une fois terminé et accroché sur un mur m’apparaissait tellement conventionnel, neutre et inintéressant. Je me retenais trop, de peur d’aller au-delà de l’exactitude. Qu’est-ce que je faisais à peindre en douceur, dans ces tons rompus plutôt que vifs, moi qui aime les couleurs et les images expressives ?

C’est à ce moment-là que je décidai que je peindrais les formes et les couleurs que je portais en moi, sans restriction. Bien sûr, mes premières tentatives, hésitantes et maladroites, furent carrément décevantes. Mais, ça n’allait pas m’arrêter. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Et bien, c’est en peignant de l’abstrait qu’on devient un peintre abstrait. Et ça fait maintenant 3 ans que je m’exprime ainsi sans limite, que je sors de mon cadre à ma guise. Je me suis aventurée dans diverses avenues et je continue à explorer. Quel bonheur !


Recevez mon bulletin d’information directement dans votre boîte courriel.  Devenez un(e) abonné(e) privilégié(e) en cliquant ici.

 

Couleurs de terre … lumineuses

J’utilise peu souvent les couleurs de terre dans mes tableaux. Je ne sais pas pourquoi, je ressens toujours une certaine hésitation quand vient le temps d’appliquer ces peintures sur le canevas. J’ai l’impression, fausse probablement, que ce sont des couleurs … sales … ; elles absorbent la lumière plutôt que de la réfléchir. Ma nature m’attire davantage vers les couleurs vives. Cependant, certains amateurs d’art ressentent une certaine allergie (au figuré, naturellement) face aux couleurs trop vives et préfèrent nettement les couleurs plus neutres, les tons rompus ; c’est ce qui m’est arrivé lors d’une commande récemment.

Je suis abonnée à la FineArtViews Newsletter et, de temps à autre, je reçois un billet signé Jack White, un artiste peintre du Texas. Il a gagné des millions de $ (oui, oui, des millions) en vendant ses tableaux. Maintenant, il écrit plus qu’il ne peint …, des livres, des articles pour des magazines, etc. Ses textes sont toujours savoureux, instructifs et enrichissants ; il y a invariablement quelque chose à apprendre de ses propos. Jack White a mis au point, il y a longtemps déjà, ce qu’il appelle une Double Primary Palette, une palette à doubles primaires (traduction libre).

Les couleurs qu’il utilise – à l’huile – sont, Ultramarine Blue (un bleu chaud), Phtalo Blue (un bleu froid), Alizarin Crimson (un rouge froid), Cadmium Red Light (un rouge chaud), Cadmium Yellow Medium (un jaune chaud) et Hansa Lemon Yellow (un jaune froid). Il ajoute à sa palette le Cadmium Orange parce que c’est plus pratique de l’avoir tout prêt plutôt que d’être obligé de le mélanger chaque fois.

Parmi ses recettes, on retrouve celles pour créer la couleur Burnt Sienna, terre de Sienne brûlée, Yellow Ochre, jaune ocre, et Raw Umber, terre d’ombre naturelle. Comme je n’utilise plus de peinture au cadmium (cancérigène) et que je travaille à l’acrylique plutôt qu’à l’huile, j’ai dû me rabattre sur d’autres couleurs pour essayer ses mélanges. Le résultat est en conséquence quelque peu différent de ceux annoncés. Mais, quand même, je ne suis pas vraiment déçue de mes tests. Les couleurs obtenues présentent une brillance que l’on ne retrouve pas dans celles qui sortent directement du tube.

charte 45 couleursJe me suis ensuite rappelée que j’avais reproduit, il y a quelques années de ça, une charte de 45 couleurs faites à partir des 3 couleurs (à l’huile) suivantes : jaune de cadmium moyen, carmin de garance foncé, bleu de Prusse et, bien sûr, du blanc. J’avais ainsi créé quelques couleurs de terre : ocre verdâtre, ocre jaune, terre de Sienne naturelle, terre d’ombre naturelle, terre de Sienne brûlée, terre d’ombre brûlée. Là encore, les couleurs obtenues présentent une richesse inexistante dans celles obtenues à partir du pigment original.

Les recettes pour mélanger toutes ces couleurs avaient été dénichées dans un livre trouvé à la bibliothèque et intitulé Apprendre à voir et à mélanger les couleurs. Je vais fort probablement utiliser ces recettes dorénavant. Bien sûr, il reste pratique d’avoir le tube de peinture prêt, à portée de main, pour introduction dans d’autres mélanges (un bleu et un burnt sienna avec une touche de blanc donneront toujours un beau bleu-gris) mais, si je veux des couleurs de terre riches et lumineuses à appliquer sur le canevas, je prendrai le temps de faire mes mélanges.


Recevez mon bulletin d’information directement dans votre boîte courriel.  Devenez un(e) abonné(e) privilégié(e) en cliquant ici.