Cohérence et homogénéité, des mots qui agacent certains artistes

En anglais, on parle de «consistency»; vous avez peut-être déjà vu ou entendu ce mot. La cohérence lors de la production d’œuvres indispose souvent certains artistes. Ceux-ci prétendent que c’est une simple invention des galéristes parce que des œuvres homogènes rendent la vie de ces derniers plus facile. Ces artistes souhaitent ne pas être brimés dans leur créativité, pouvoir peindre et proposer des fleurs une journée, des paysages le lendemain et des chevaux le surlendemain. À tant se disperser, le risque est élevé de n’avoir aucune façon de se démarquer des autres afin de constituer son «branding».

Chevalet, Peinture, Arts, TrépiedDe plus, quand on s’éparpille, qu’on touche à tout, on ne devient expert en rien. Ne serait-il pas plus formateur et salutaire de se concentrer sur un style à la fois afin de le maîtriser? Bien sûr, un artiste qui en est à ses débuts voudra explorer le plus d’avenues possibles. C’est tout à fait normal. Et il n’est pas défendu d’évoluer dans le temps, loin de là. Mais l’idéal reste de choisir ce qui nous convient le mieux, ce dans quoi nous nous sentons bien pour fouiller et approfondir cette voie-là.

La cohérence est une caractéristique d’une activité professionnelle plutôt qu’amateure, cohérence dans le type et le style de travail créé, dans la présentation des œuvres, dans le message, dans la marque. La cohérence également dans les prix des œuvres, les couleurs, le coup de pinceau, la texture.

Cohérence du sujet

Comme je le mentionnais plus haut, un artiste réussit par la pratique ciblée d’un style et d’un sujet spécifiques. C’est par sa touche particulière qu’il sera connu et reconnu.

Lors d’expositions, il faudra éviter à tout prix, comme j’ai encore vu récemment : sur 2 petites surfaces comprenant 7 ou 8 œuvres, 2 sujets différents étaient proposés. Optez plutôt pour l’homogénéité qu’assure le choix d’un seul sujet. On sera ainsi certain qu’un seul artiste a peint les tableaux.

Cohérence dans la présentation

Lors d’une exposition, où l’espace est généralement compté, évitez de mêler tableaux encadrés et non encadrés. Si vous présentez des toiles galeries (1½ po d’épaisseur), ne leur juxtaposez pas des toiles standards (¾ po d’épaisseur). Si vous peignez les contours des toiles galeries, traitez-les de la même manière; optez pour une couleur solide OU prolongez le tableau tout le tour, pas les 2. Et même si ça n’est pas dans le cadre d’une exposition, adoptez un procédé et tenez-vous-y.

Crayons, Stylos, Red, Dessin, SharpDe plus, il est important d’avoir une grille de taux cohérente de telle sorte que 2 œuvres du même format seront offertes au même prix. Une telle grille permettra d’éviter, comme j’ai déjà vu, d’exposer une œuvre grand format moins chère qu’une plus petite.

Cohérence dans le traitement

Vos œuvres sont-elles toutes créées par un processus similaire? Idéalement, les textures, les coups de pinceau, le choix et l’utilisation des couleurs, le niveau d’énergie et l’élan émotionnel devraient être tous cohérents.

Cohérence dans la marque

Il est recommandé de pouvoir décrire universellement notre art dans une courte phrase. C’est notre «branding», la façon dont on peut s’identifier auprès des acheteurs. Ceux-ci doivent savoir qu’ils peuvent s’attendre à une qualité et un style compatibles avec le message que vous véhiculez.

En résumé

Prenez le temps de satisfaire toutes vos envies créatives dans votre atelier car c’est important pour votre croissance en tant qu’artiste. Cependant, maintenez votre message au monde extérieur cohérent et homogène!

(Visited 91 times, 1 visits today)

2 pensées sur “Cohérence et homogénéité, des mots qui agacent certains artistes”

  1. C’est tout à vrai. Je n’ai aucune cohérence dans mon art. Je n’arrive pas à définir mon style car je suis une touche ã tout. Je me retrouve avec une collection d’oeuvres hétéroclites et invendable » Je n’ai aucune dée quoi faire pour rendre ma production cohérente. zje n’y trouve pas de fil conducteur, elle est comme ma vie, désordonnée et changeante.

    1. Une première démarche pourrait être de choisir un sujet qui t’attire davantage et d’y consacrer les 3 prochains mois. Ne peindre que ce sujet. Après 3 mois, tu aurais de 20 à 30 tableaux présentant une homogénéité quant au sujet. Et après 30 tableaux, tu maîtriserais davantage ledit sujet. Certains seraient moins bon, oui, mais tu en ressortirais avec un certain nombre de tableaux qui te plairaient et qui formeraient un « body of work » intéressant. C’est une suggestion …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *